mardi 19 mai 2020

Lexi Smart a la mémoire qui flanche, Sophie Kinsella



Lexi Smart a la mémoire qui flanche
Sophie Kinsella

Genre : Chick-lit
Edition : Pocket
Pages : 413
Lu du 9 au 18 Mai 2020
Ma note : 4/5


Lexi Smart est une fille plutôt normale : vingt-cinq ans, un boulot assez assommant, les dents pas très alignées, le cheveu désespérément terne, quelques kilos en trop, un appart minuscule, un fiancé un peu nul et très fauché et trois super copines avec qui elle fait la fête le vendredi soir. Un beau matin, Lexi se réveille dans une chambre d'hôpital avec un sourire parfait, une cascade de boucles blondes, une silhouette de sirène, un beau gosse de mari richissime... et une amnésie partielle due à un accident de voiture : trois ans de sa vie viennent de s'effacer, Lexi ne se souvient de rien. Qui est cette snobinarde qui prétend être sa meilleure amie ? Depuis quand Lexi vit-elle dans un loft luxueux ? Qu'a-t-elle fait à ses collègues pour qu'ils la surnomment le Cobra ? Et qui est ce mystérieux architecte qui la harcèle de messages ? Pour comprendre comment elle est passée de fille toute simple à garce carriériste, Lexi va devoir fouiller cette parenthèse de trois ans. Et ce qu'elle va y découvrir pourrait bien lui donner quelques leçons pour l'avenir...


Période assez compliquée moralement en ce moment. D’autant plus que je venais d’abandonner un roman au bout de 150 pages tellement il me donnait le sentiment d’être encore plus triste (Les orages de l’été, Tamara McKinley). J’avais donc besoin de quelque chose de léger et plutôt drôle. Je me suis donc penchée sur ce roman présent dans ma PAL depuis bien trop longtemps. Un Sophie Kinsella, ma valeur sûre pour le genre chick-lit que j’aime tant. 

Nous faisons la connaissance de Lexi Smart, une jeune femme de 25 ans… non, elle a 28 ans pendant ce récit. Mais à la suite d’un accident, elle doit vivre avec une amnésie de trois ans. Elle ne se souvient donc de rien de ce qui a bien pu se passer durant ces trois dernières années. D’une jeune femme décrite comme looseuse avec des dents de travers, elle se retrouve dans sa nouvelle peau de femme mariée, dents refaites et vivant dans le luxe … Qu’a bien-t-il pu se passer pour une telle évolution sociale
Elle va devoir tout apprendre : être directrice de son département de l’entreprise dans laquelle elle travaille, faire connaissance avec son mari et devoir tomber amoureuse de lui, rencontrer ses nouvelles amies et savoir pourquoi ses meilleures amies ne veulent plus lui parler, s’habituer à vivre dans un luxe qu’elle ne soupçonnait même pas. 
Evidemment, de nombreux chamboulements vont se présenter, et le démarrage de sa nouvelle vie sera rocambolesque. 

Comme d’habitude, tous les éléments que j’apprécie de ce genre sont présents : l’intrigue se passe à Londres, une héroïne à qui nous pouvons facilement nous identifier, et des actions totalement drôles et délirantes. Mais d’un autre côté, la remarque que je me suis faite durant les trois quarts du roman est « mais les gens sont vraiment mauvais et méchants ». Car nous accompagnons une Lexi qui doit faire face à l’inconnu. Elle ne se connaît pas, ne connaît pas son entourage et la vie qu’elle a pu mener durant trois ans. Et beaucoup de personnes vont en profiter. Sophie Kinsella a le don de faire passer cela d’une manière légère. Mais nous voyons tout de même à quel point la méchanceté des gens peut être profonde et sincère. Mais pourquoi vouloir faire du mal à autrui par tous les moyens ? Pourquoi vouloir l’humilier, l’enfoncer, d’autant plus que cette personne n’est pas en situation de force et est en difficulté ?

J’ai tout de même adoré ce roman car malgré cela, je me suis sentie légère durant ma lecture. Et c’est justement de légèreté dont j’avais besoin. Je me demande pourquoi j’ai attendu si longtemps pour le sortir de ma PAL. Et lorsque Lexi sort enfin de cette spirale infernale, la manière dont elle reprends les choses en mains (aucun spoil là dedans, quand nous choisissons ce livre, nous savons bien que tout ne va pas mal se terminer) est vraiment satisfaisante ! 


Morale de l’histoire que je retiens : se faire confiance et suivre son instinct. Plus facile à dire qu’à faire, mais j’essaie d’apprendre en ce moment que pour arriver au bout du chemin, il faut que ce chemin soit agréable et plaisant à vivre. Ce qui doit arriver arrivera. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire