jeudi 2 août 2018

Le cercle des canailles, T2 : "La curiosité est un vilain défaut", Sarah MacLean

Le cercle des canailles
Tome 2 : "La curiosité est un vilain défaut"
Sarah MacLean

Genre : Romance historique
Edition : Ebook
Pages : 380
Prix : 5€
Lu du 28 Juillet au 2 Août 2018
Ma note : 3/5

Lady Philippa Needham est une excentrique. Elle passe plus de temps dans ses livres qu'aux bals, se soucie plus de la flore que de la mode, des sciences que de la Saison. Fiancée à lord Castleton, elle veut découvrir avant son mariage les endroits scandaleux de Londres ainsi que les mystères de la nuit de noce. Pour parvenir à son but, elle fait appel à Cross, l'associé de son beau-frère et débauché notoire. Mais le jeune homme va aller au-delà de ses désirs...

En ce moment je suis en vacances, et j'ai envie de profiter à fond de mes lectures. C'est ce que j'ai réussi à faire avec ce deuxième tome de la saga Le cercle des canailles.
Même si j'ai préféré le premier tome, j'ai adoré me retrouver de nouveau dans l'Angleterre du XIXème siècle. 

Ici, nous retrouvons la jeune sœur de Pénélope : Lady Philippa. Ce roman est consacré à elle et son mariage qui doit avoir lieux dans quelque jours avec un conte. Philippa est une scientifique, elle croit aux faits et non aux sentiments. Elle n'éprouve pas d'amour pour son fiancé simplet, mais il est gentil et il aime les chiens. Il saura lui donner tout ce dont elle aura besoin, mais Philippa sait qu'elle n'aura pas un mariage d'amour comme celui de sa sœur. 
Cependant, elle sait qu'elle va devoir honorer son devoir conjugale, à commencer par la nuit de noce. Elle a beau se documenter sur le sujet, lire des romans, elle se pose beaucoup de questions sur l'acte en lui-même. Elle n'arrive pas à ce l'imaginer, et elle n'aime pas savoir.
C'est donc en tant que scientifique qu'elle va demander l'aide de Cross, l'associé de l'enfer du jeux de son beau-frère. 

Pourquoi vouloir l'aide de Cross particulièrement ? Que va-t-elle lui demander précisément ? Va-t-il profiter de l'innocence de Pippa ou bien pensera-t-il a son honneur en la respectant comme un gentleman le ferai ? Pippa sera-t-elle enfin prête pour son mariage ? 

Avec ce genre de livre, ce n'est pas une révélation surprenante lorsqu'on s'imagine que nos deux personnages principaux vont finir ensemble, par n'importe qu'elle façon.
Mais justement, ce que j'aime avec cette saga, c'est qu'on peut difficilement prévoir la façon dont cela va arriver. Il nous faut avoir beaucoup de patience

En ce qui concerne les personnages, Pippa est très attachante. Elle aime les livres, les animaux, s'intéresse à tous les sujets, elle est très cultivée et très intelligente D'un côté nous pouvons la trouver un peu trop naïve, mais d'un autre elle a énormément de culot. Et j'ai aimé cette aspect de sa personnalité. Peu de jeunes filles de bonne éducation auraient osées se rendre seule dans un temple du jeux, où hommes malfamés et prostituées rodent. Sa réputation pouvait être ruinée à tout moment. Mais elle va, et insiste auprès de Cross, pour qu'il devienne son partenaire de recherches. 
Cross quant à lui a retenu toute mon attention. D'autant plus que comme le tome précédent, nous avançons dans le livre avec le point de vue de Pippa mais aussi le sien. J'ai aimé suivre ses pensées secrètes. Je n'ai pas fait le lien de suite sur sa véritable identité, mais une fois cela fait, tout s'explique. Il est doux, attentionné, protecteur, sa couleur de cheveux m'a forcément rappelé Jamie Fraser ! Mais ce côté-ci,seulement nous et Pippa le connaissons. Au yeux de la société, c'est un débauché faisant sa fortune sur la ruine des hommes et profitant des femmes. Je trouve que le lecteur est privilégié de voir qui il est réellement. 

En conclusion, c'est une bonne petite romance pour passer un bon moment. Où tout n'est pas simple et rose. Il y a des obstacles et les sentiments jouent de drôles de tours. Sans oublier les scènes osées d'amour qui sont très bien décrite. 


Et si vous lisiez : 
 

samedi 28 juillet 2018

Golem, le tueur de Londres, Peter Ackroyd

Golem, le tueur de Londres
Peter Akcroyd

Genre : Historique
Edition : Archi Poche
Pages : 333
Prix : 7€80
Lu du 15 au 25 Juillet 2018
Ma note : 3/5


Londres 1880. Un assassin insaisissable, invisible, opère dans le quartier de Limehouse. Le peuple, la presse, la police l'ont surnommé le Golem, du nom de cette créature de la mystique juive, démon sanguinaire fait d'argile, capable de se défaire et de se reconstituer à volonté.
Le journal intime d'un certain John Cree révèle qu'il serait le mystérieux Golem, décrit ce qu'il appelle son oeuvre d'artiste, le massacre minutieux et jubilatoire de deux prostituées, d'un vieux sage et d'une famille entière. Mais sa femme, Elizabeth Cree, une ex-chanteuse de music-hall, semble elle aussi dissimuler bien des secrets.
Le chemin de ces êtres énigmatiques croise et recroise celui de personnages historiques, l'écrivain George Gissing, Karl Marx et Dan Leno, "L'homme le plus drôle du monde", la star du théâtre populaire à cette époque. Tous se rencontrent sans se connaître, dans la salle de lecture du British Museum ou au théâtre. Tous seront soupçonnés par la police dans sa traque du Golem.


Je suis très friande des romans qui se passent à Londres et qui ont pour thème le thriller, l'horreur, le gore, les rapports à Jack l'éventreur. Je pense notamment à la saga Hantée, de Maureen Johnson. J'ai adoré les deux premiers tomes et ayant lu des articles comme quoi il n'y aurait pas de troisième tome, je me rends compte aujourd'hui que j'ai loupé sa sortie en 2014 ! Cela va vite être rectifié ! 

Mais revenons à ce roman. 
Ici nous sommes huit ans avant les attaques de Jack l'éventreur. Une toute autre créature sème la terreur sur l'East End de Londres. John Cree, un journaliste, serait l'auteur de ces crimes sanglants. Son journal intime en est la preuve. Lorsque nous débutons ce roman, John Cree est mort, et nous assistons au procès de sa femme, Elizabeth, qui l'aurait assassiné. 

Ce roman est donc constitué de ce procès, mais également de flash back où nous apprenons comment nos deux protagonistes en sont arrivés là : la jeunesse de Elizabeth dans un cirque, les moments de John dans la salle de lecture du British Museum, ponctué de divers points de vue. 

Ce que je retiens le plus de cette histoire, c'est qu'elle a l'air compliquée mais en même temps tellement facile à suivre. Dans le sens où nous ne sommes jamais perdu au milieu de tous ses voyages dans le temps, ces changements de narrateurs. Tout est très bien ciselé et s'enchaîne comme il faut

Tout cela, dans une ambiance effrayante, les rues glauques de Londres bruyantes le jour et trop silencieuses la nuit. "Le décor d'une cité immense et tentaculaire, un Londres sinistre et crépusculaire, repaire de puissances mystérieuses, une ville de bruits et de pas de flammes de becs de gaz qui s'affolent, de masures collées les unes aux autres, de venelles pitoyables et de fausses portes."
Le tueur de Londres, qui est surnommé le Golem par les habitants, peut se trouver n'importe où. Il ne fait pas bon de se balader dans l'East End actuellement.  

J'ai tout de même survolé les longs passages concernant la vie de Elizabeth dans le crique ... Cela ne m'attirait pas du tout, et les dialogues ont contribué à cela. 
Mais ça n'a pas vraiment d'importance quand on tourne la dernière page de ce roman. Quelle fin grandiose et inattendue ! Je dirai pour conclure, que cette lecture vaut le coup rien que pour cette fin. 

lundi 16 juillet 2018

Bridget Jones Baby, Helen Fielding


Bridget Jones Baby
Helen Fielding

Genre : Chick-Lit
Edition : J'ai Lu
Pages : 215
Prix : 7€80
Lu du 8 au 11 Juillet 2018
Ma note : 3/5

On croyait tout connaître de Bridget Jones... Mais si la mythique héroïne ne nous avait pas tout dit ?
C’est le plus beau moment dans la vie d’une femme : être mère pour la première fois. Mais Bridget n’est pas une femme tout à fait comme les autres. Lorsqu’elle apprend qu’elle est enceinte, elle hésite entre euphorie est désespoir : qui est le père de l’enfant ? Telle est la question (entre autres) qui la taraude...
Dans son journal, la célibataire la plus désopilante de la littérature anglaise se livre… complètement ! Une comédie éblouissante, très différente du film Bridget Jones’ Baby.


Ce qui m'a décidé à acheter ce livre ? Juste le résumé et le besoin de lire un chick-lit. Comme celui-ci venait juste de sortir et que j'en avait un peu entendue parler je n'ai pas hésité. Sauf que une fois rentré chez moi, je me suis rendue compte que c'est le 4eme tome d'une saga que je n'ai ... jamais lue  ! 
Et bien malgré cette erreur non réfléchie, j'ai passé une lecture plutôt sympathique ! 

Nous connaissons tous un peu Bridget, même moi qui n'ai pas lu les autres romans de la saga. Un personnage connue par ses frasques rocambolesques. 
Ici, cette réputation n'a pas loupée.

Dès le début du roman, nous ressentons le poids que peut être la pression de son entourage quand on arrive à 40 ans et qu'on a toujours pas d'enfant. Bridget nage en plein dedans. Nous ne savons pas vraiment, du moins au début, si elle est vraiment contente de sa situation, ou si le fait de ne pas être mère la pèse. 
Dans tous les cas, elle n'aura pas besoin de se poser la question bien longtemps puisqu'elle tombera enceinte un peu plus tard, mais le problème est qu'elle hésite entre deux conquêtes concernant l'identité du père
En effet, elle aura profité de sa situation de célibataire libre et libérée pour retrouver le temps de deux nuits, d'abord Mark Darcy et ensuite Daniel, qui sont ses deux ex.
Hors de question pour elle de faire une amniocentèse ! Cette pratique qui consiste à prélever du liquide amniotique en faisant passer une grosse aiguille dans le ventre de la maman. Elle devra donc attendre la naissance du bébé pour faire un test de paternité. 
Pendant ce temps, beaucoup de questions vont se poser. Bridget se retrouvera tantôt accompagnée,tantôt isolée, alors qu'elle-même a déjà trouvé sa place de future maman. 

Qui est le père biologique de cet enfant à naître ? Lequel des deux sera le meilleur père ? Quelle sera leur position à ce sujet, et leur réaction à l'annonce de la grossesse ? 

Ma crainte fut de ne pas réussir à suivre l'histoire puisque je n'ai pas vraiment commencé la saga là où il fallait. Mais finalement, comme dans beaucoup de chick-lit, un rappel de tous les personnages est fait en début du roman. Ainsi que certains passages clés de la saga. Je n'ai donc pas du tout été perdue. 
Les personnages sont très sympathiques mais ce n'est pas pour autant que je me suis identifiée à eux. Je pense que leur QI ne doit pas être supérieur à celui d'une huître quand on voit certains dialogues ... Mais bon, c'est ce qui fait le mythe de Bridget Jones et la drôlerie du chick-lit !

En conclusion, c'est un roman que je conseille pour passer un bon moment. Il est très rapide à lire. Il suffit de quelques heures à la plage, comme j'ai fait, pour le finir. 

"Billy chéri,
Je suis persuadée qu'un jour ou l'autre tu découvriras le fin mot de cette histoire, alors je me dis que mieux vaut que tu apprennes de la bouche de ta propre mère comment tout à commencé.
Voici des extraits de mon journal et autres souvenirs de cette époque assez confuse.
J'espère que tu ne seras pas choqué. Avec un peu de chance, quand tu liras ces lignes, tu seras assez grand pour comprendre que même tes parents ont pu se conduire ainsi, et tu sais qu je n'ai jamais été une sainte."

dimanche 15 juillet 2018

Venise n'est pas en Italie, Ivan Calbérac

Venise n'est pas en Italie
Ivan Calbérac

Genre : Contemporain
Edition : Le livre de poche
Pages : 314
Prix : 7€60
Lu du 29 Juin au 8 Juillet 2018
Ma note : 3/5

Emile a quinze ans. Il vit à Montargis, entre un père doux-dingue et une mère qui lui teint les cheveux en blond depuis toujours, parce que, paraît-il, il est plus beau comme ça. Quand la fille qui lui plaît plus que tout l’invite à Venise pour les vacances, il est fou de joie. Seul problème, ses parents décident de l’accompagner… C’est l’histoire d’un adolescent né dans une famille inclassable, l’histoire d’un premier amour, miraculeux et fragile. C’est l’histoire d’un voyage initiatique et rocambolesque où la vie prend souvent au dépourvu, mais où Venise, elle, sera au rendez-vous.


Etant en ce moment en stage dans un milieu assez complexe, avec partiel et mise en situation professionnelle en même temps, il est très important pour moi de me consacrer un petit moment à la lecture chaque jour afin de décompresser et m'évader un peu.
Cette lecture me semblait parfaite par le fait que l'intrigue devait se passer à Venise, avec mon amour fou pour cette ville et les vacances qui approchent. 

Finalement, je sors assez mitigée par cette lecture.

Nous faisons la connaissance d'Emile. Un ado de 15 ans qui va au lycée mais qui vie secrètement dans une caravane. En effet, ses parents attendent désespérément l'autorisation de construction de leur maison, et comme ils n'ont pas beaucoup de moyens, ils vivent dans une caravane sur leur terrain. 
Au lycée, il est fou amoureux d'une fille de bonne famille. Ils ont l'occasion de se parler plusieurs fois, et cette dernière l'invite même à passer des vacances à Venise, là où elle doit se produire avec son orchestre puisqu'elle est musicienne. Pour Emile, c'est l'occasion ou jamais de pouvoir sortir avec elle. Sauf que, comme par hasard, ses parents décident qu'au lieu de lui payer un billet d'avion, ils vont y aller tous ensemble, en caravane. Il faut se l'avouer, Emile aime ses parents profondément, mais ils lui font un peu honte...

Emile arrivera-t-il à temps au concert de sa bien aimée ? Lui avouera-t-il ses sentiments ? Ses parents resteront-ils dans l'ombre ? 

Ce que j'ai beaucoup apprécié avec ce roman, c'est que le récit est à la première personne du début à la fin. Mais ici, cela est encore plus travaillé car Emile est quelqu'un qui se pose énormément de questions, a une théorie sur tout et ne met jamais son cerveau au repos. Nous suivons toutes ses réflexions mentales, et il m'a fait réfléchir plus d'une fois. 
C'est vraiment lui le personnage central. Même si nous évoluons avec sa famille, l'auteur fait en sorte que toute notre attention se porte sur Emile.

En revanche, je suis très déçue par le fait qu'il faut attendre plus de 200 pages pour arriver à Venise... sachant que le livre en fait 314, on y passe pas beaucoup de temps. Même si on retrouve les noms des rues, des quartiers, je n'ai pas réussi à m'y transporter totalement comme je l'aurai voulu. Il y a tellement de choses à dire sur Venise ! Et Emile est un personnage qui pense tellement que nous aurions pu avoir plus de descriptions ... 

Pour finir, l'auteur a décidé d'écrire une fin ouverte. Cela m'a un peu frustrée, mais d'un autre côté, cela laisse beaucoup de possibilités. 

En conclusion, c'est un petit roman très rapide à lire. Il ne faut pas en attendre beaucoup, mais idéal quand on a besoin d'une lecture très simple.

"Venise n'est pas en Italie, 
Venise c'est chez n'importe qui,
C'est n'importe où, c'est important
Mais ce n'est pas n'importe quand.

Venise, c'est quand tu vois du ciel
Couler sous les ponts mirabelle
C'est l'envers des matins pluvieux
C'est l'endroit où tu es heureux." 

mercredi 27 juin 2018

La quête d'Ewilan, tome 1 : "D'un monde à l'autre", Pierre Bottero

La quête d'Ewilan
Tome 1 : "D'un monde à l'autre
Pierre Bottero

Genre : Jeunesse, Fantasy
Edition : Ebook
Pages : 306
Prix : 11€99
Lu du 17 au 24 Juin 2018
Ma note : 4/5

Quand Camille vit le poids lourd qui fonçait droit sur elle, elle se figea au milieu de la chaussée. Son irrépressible curiosité l'empêcha de fermer les yeux et elle n'eut pas le temps de crier... Non, elle se retrouva couchée à plat ventre dans une forêt inconnue plantée d'arbres immenses. Te voici donc, Ewilan. Nous t'avons longtemps cherchée, mes frères et moi, afin d'achever ce qui avait été commencé, mais tu étais introuvable...


Aujourd'hui je suis ravie de vous présenter une lecture que je souhaitais lire depuis longtemps. Cette saga m'a été conseillé dans un premier temps au lycée par un camarade de classe qui était tout le temps plonger dans ses livres. Ensuite je ne compte pas le nombre de fois où Margaud Liseuse en parle sur sa chaîne, ce qui me rappelait toujours qu'il fallait que je me lance dans cette lecture. Et avec mon amie Sue-Ricette, on a décidé de faire notre première lecture commune ensemble en débutant cette saga. 
Nous avons échangé toutes les deux par mail durant notre semaine de lecture, et il s'est avéré que ce fut une superbe découverte ! Je vous invite à aller faire un tour sur son blog si vous ne la connaissez pas encore. C'est une jeune femme adorable, avec des articles sur des thèmes variés. Aussi, elle prendra toujours le temps de vous répondre si vous lui laissez des petits mots !  

Dans La quête d'Ewilan, nous faisons la connaissance de Camille. C'est une adolescente de 14 ans, surdouée, qui fut adoptée très jeune. Alors qu'elle marchait tranquillement dans la rue, elle se retrouve inexplicablement transportée dans un monde parallèle. Quelques minutes plus tard, elle revient dans cette rue sans en comprendre plus...
Ce même scénario se reproduit alors qu'elle est attaquée dans son jardin par une araignée géante. Son meilleur ami Salim étant venu à son secours, ils se retrouvent tous les deux dans ce fameux monde parallèle. 
Cet autre monde se nomme Gwendalavir. Composé de forêts, de plaines, de villages, il ressemble beaucoup à notre Moyen-Age. Avec des chevaliers, mais aussi des créatures telles que des mantes religieuses-lézards, des tigres géants ...
Ici, Camille apprends qu'elle se nomme Ewilan. Que ses parents biologiques sont des personnes très respectées et reconnues, qu'ils ont été contraints de l'abandonner. Elle détient également des pouvoirs, tels que la capacité de faire le "pas sur le côté", ou alors de rendre réels des dessins qu'elle s'imagine mentalement
Gwendalavir est un monde en guerre, en péril. Et elle seule est capable de le sauver. 

Il est donc question d'une quête pour savoir comment sauver ce monde qui est le sien, mais également pour en apprendre plus sur elle et sur ses racines. 

J'ai vraiment passé une très belle lecture. 
Toutes les conditions été réunies pour que je termine rapidement ce livre. Les chapitres sont relativement courts, l'écriture de Pierre Bottero est fluide, très abordable sans pour autant être enfantine alors qu'on suit des enfants de 14 ans. Les descriptions sont très réalistes, je n'avais pas de mal à me projetée à Gwendalavir. 
Les personnages de Camille et Salim sont adorables. C'est un plaisir de les suivre. Camille est très intelligente, et Salim est un meilleur ami fidèle et réconfortant. Ils ont su se trouver lorsqu'ils en avaient besoin. Camille vivant avec des parents adoptifs pour qui elle est un poids, et Salim vivant dans une citée avec une mère qui ne se préoccupe pas plus de lui. Leur condition fait qu'ils sont très matures pour leur âge. 

Ce tome fait débuter cette saga sur une très bonne note, et nous promets des réponses par la suite, avec peut être beaucoup de révélations et de scènes d'action. 

J'ai été très contente de faire cette lecture commune avec toi Sue-Ricette. J'espère que nous aurons l'occasion d'en refaire d'autres ! Merci à toi. 


Et si vous lisiez :