mercredi 12 novembre 2014

Qui es-tu Alaska ?, John Green

Info : 
Qui es-tu Alaska ? 
John Green
Genre : Jeunesse, Drame
Edition : Gallimard Jeunesse
Prix : 7€75
Pages : 402
Ma note : 3/5

Miles Halter a seize ans mais n'a pas l'impression d'avoir vécu. Assoiffé d'expériences, il quitte le cocon familial pour le campus universitaire : ce sera le lieu de tous les possibles, de toutes les premières fois. Et de sa rencontre avec Alaska. La troublante, l'insaisissable Alaska Young, insoumise et fascinante.







Après avoir lu il y peu de temps Nos étoiles contraires du même auteur, au quel j'ai attribué entre 4 et 5/5, je voulais découvrir un autre livre de John Green. Puis l'occasion s'est présentée pour que je lise celui-ci en Lecture Commune. Ce n'est pas une totale déception, mais je m'attendais à plus.

Notre personnage principal, Miles, jeune de 16 ans, quitte sa Floride pour aller en pension en Alabama, à la recherche de son Grand Peut-Etre. De son cocon confortable et familial, il arrive dans une chambre au confort minimum qu'il devra partager avec un autre élève, appelé Le Colonel. Ce dernier surnommera Miles, ironiquement puisqu'il est tout le contraire, Le Gros. Miles fera aussi la connaissance de deux autres acolytes, Takumi, et la belle Alaska, versatile, mystérieuse et, malheureusement pour Miles, en couple.
Tous les quatre formeront une bande inséparable, très liée, et feront les 400 coups.

J'ai trouvé des points positifs et des points négatifs pour ce livre.
Au début de ma lecture, j'ai eu du mal à trouver quelques chose d'extraordinaire dans cette histoire banale, à savoir suivre la vie d'un adolescent dans son pensionnat, lieu qui ne m'a pas conquise car trop simple et reflétant trop la réalité des internats des lycées en France. 
Mais j'ai trouvé cette petite chose particulière dans l'écriture de l'auteur qui m'a fait continuer ma lecture. 
Et j'ai eu raison, car le fait d'avoir séparé l'histoire en deux a fait durer un lourd suspens. Plus précisément, il y a l'avant (136 jours avant, 101 jours avant...), jusqu'au dernier jour, puis il y a l'après (6 jours après, 12 jours après, 136 jours après), et c'est à partir de ce dernier jour que j'ai compris où l'auteur voulait en venir. Tout est devenu très clair d'un coup.

En ce qui concerne le mode de narration, nous suivons le point de vue de Miles. Je ne pense pas que le fait de vivre l'histoire à travers les yeux de Miles m'ai trop déranger. En revanche, je pense que j'aurais été plus séduite si il y aurait eu aussi le point de vue d'Alaska. J'aurai voulu plus la découvrir, la connaître.

Pour inclure un paragraphe philosophique dans ma chronique, le thème récurrent de ce livre est "le labyrinthe"
Il y a une évocation constante du grand labyrinthe qu'est la vie, un labyrinthe de souffrances.
Il y a aussi un questionnement sur comment sortir de ce labyrinthe, et ce que l'on trouve une fois la sortie franchie. 
Alaska tient à cœur cette thématique, et le professeur de religions va l'exploiter d'une manière très intéressante.

Pour finir, Qui es-tu Alaska ? fut une lecture très agréable. C'est un roman qui nous fait passer par différents stades d'émotions, du rire à la tristesse, et l'auteur en fait de très bonnes descriptions. Mais ce n'est pas non plus un roman qui a changé ma vie. Personnellement, j'ai vue trop de commentaires désignant ce livre comme un coup de cœur, du coup, j'en attendais certainement trop. 


"-La nuit arrive d'un pas pressé. Aujourd'hui est dans le passé, a-t-elle déclamé sans lever les yeux."
p.171

4 commentaires:

  1. Je n'ose pas lire d'autres John Green ... J'avais tellement aimé nos étoiles contraires que je suis presque sûre d'être déçue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut être que tu peux en lire mais en te préparant à ce que ce soit moins bien ...;) A toi de voir, mais bon parfois c'est mieux de rester sur une bonne impression !

      Supprimer
  2. j'aime beaucoup la citation que tu as choisi ^^
    ce livre a été un coup de cœur pour moi !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :) As-tu lu Nos étoiles contraires, du même auteur ?

      Supprimer