jeudi 15 novembre 2018

Le pays des contes, T6 : "La collision des mondes", Chris Colfer

Le pays des contes
Tome 6 : "La collision des mondes"
Chris Colfer

Genre : Fantasy, Jeunesse
Edition : Michel Lafon
Pages : 328
Prix : 16€95
Lu du 07 au 13 Novembre 2018
Ma note : 4/5


Alex a disparu ! Pire, le sortilège de la sorcière Morina l’a transformée en enchanteresse maléfique. Cela ne pouvait tomber plus mal, car la brèche entre le Pays des contes et notre monde est désormais ouverte : héros comme vilains peuvent passer de l’un à l’autre selon leur bon vouloir.
Alors que New York découvre avec stupeur l’existence de la magie, Conner, aidé de Rouge, Boucle d’or, Jack et de son armée littéraire, doit à tout prix libérer sa sœur. Car seuls les jumeaux peuvent affronter la plus grande menace qui ait jamais existé. Une menace qui plane de toute sa noirceur sur l’ensemble les mondes…


Voilà, nous y sommes. Le dernier tome de cette magnifique saga. Habituellement je suis toujours très triste à l'idée de dire au revoir à des personnages et un univers que j'ai aimé suivre pendant quelques tomes. Cette fois, évidemment que j'ai un petit pincement au coeur, mais pas autant que pour Les étoiles de Noss Head par exemple. Car je suis tellement bien au pays des contes, que je sais que je vais le retrouver en faisant une relecture du premier tome qui reste mon préféré (et pourquoi pas me relire la saga).

Nous voilà enfin à cette fameuse bataille finale que nous sentons venir depuis deux tomes maintenant. L'heure est grave puisque le monde des contes et l'autre monde vont se retrouver à proximité l'un de l'autre, cela va ouvrir une brèche entre les deux par laquelle des allés et venues seront possibles... Morina le sait, et cette affreuse sorcière à cornes de bouc a rallié les méchants de la littérature ainsi que les sorcières à sa cause afin de régner sur ces deux mondes. Elle a d'ailleurs kidnappée Alex, lui a jeté un sortilège pour qu'elle soit à ses ordres et détruise tout et tout le monde. A commencer par la plus belle ville du monde : New York. 

Conner, accompagné de Bree, ses amis et des héros de ses histoires vont devoir faire preuve de force et d'intelligence pour réussir à vaincre Morina et les vilains, sans faire de mal à sa soeur. 

Ce tome conclut merveilleusement bien cette saga. 
Pour commencer, lors du 1er chapitre, nous retrouvons Conner qui fête ses 80 ans. Il a eu une belle carrière d'écrivain, a fondé une famille et commence malheureusement a perdre un peu la tête. On nous décrit à quel point ses œuvres ont apportées du bonheur dans les vies de ses lecteurs. Cela représente exactement ce que je ressens moi-même pour cette série. Une bonne histoire dans les moments où nous en avons le plus besoin. Cela a de quoi mettre la dose d'émotion dès le départ. 
Puis, nous retournons au moment où le tome précédent s'est terminé. Il n'y a pas de mise en place, c'est comme si nous avions appuyé sur "pause". Nous sommes de suite dans le vif du sujet avec Conner et les autres à établir un plan pour retrouver Alex. 

J'ai beaucoup apprécié le fait que nous retrouvons absolument tous les personnages, ou presque, qui nous ont marqués le long de ces 6 tomes. Grenouille, qui est coincé par une malédiction dans un miroir et qui va y rencontrer une fillette que nous avons bien connu. Il va d'ailleurs recevoir l'aide de personnages vraiment inattendu. J'aime ce genre de retournement de situation, lorsque des supposés méchants passent dans la case des gentils. Les fées qui ont été transformées en pierre, les rois et les reines, la reine de cœur, la méchante sorcière de l'ouest, le capitaine crochet, la reine des neiges, la reine des mers, Arthur, Merlin et la Mère l'oie...

De plus, nous évoluons entre le pays des contes, New York où nous allons à la grande bibliothèque, dans les sous terrains du métro, à Central Park... Je n'appréciais pas vraiment lorsque l'auteur nous faisait aller ailleurs que dans le pays des contes, mais cette fois-ci avec New York, j'ai assez bien adhéré. 

Pour conclure, je recommande chaudement cette saga. Pour les personnes comme moi qui ont encore une grande part d'enfants en elles, pour les adultes, les enfants, les adolescents, pour les lire en famille ... Elle est parfaite pour tout le monde et il n'y en a pas deux comme celle-ci. 

"-J'ai toujours été creux, mais pour la première fois de ma vie je me sens vraiment vide à l'intérieur. J'ai toujours imaginé qu'un coeur remplirait ce vide, mais maintenant que je sais que j'en avais un depuis le début, je ne sais pas quoi faire de ma carcasse.
Le dilemme de l'Homme de fer-blanc fit du rêve de Trollbella une réalité. Elle contempla, émerveillée, la plus belle chose qu'elle eut jamais vue : un homme mûr, vulnérable, en manque d'affection. La reine troblin s'assit à côté de lui et le regarda avec insistance, en battant des cils.
-Tu sais, je rentre parfaitement dans ton torse. Peut-être que je suis le coeur que tu cherchais.
Trollbella mit sa petite main dans la sienne et posa ses cornes sur l'épaule de l'homme de métal. En cet instant, l'Homme de fer-blanc fut certain d'avoir un coeur, car le contact de la jeune femme troll le fit rougir."


Automne ensorcelant : "Witches brew"


Et si vous lisiez : 
  


lundi 5 novembre 2018

Fille des cauchemars, T1 : "Anna", Kendare Blake

Fille des cauchemars
Tome 1 : "Anna"
Kendare Blake

Genre : Fantastique, Romance
Edition : Le livre de poche
Pages : 413
Prix : 6€90
Lu du 28 Octobre au 05 Novembre 2018
Ma note : 4/5

Il s'appelle Thésée Cassio Lowood.
Exterminer les fantômes, c'est sa mission.
Il traque, chasse, tue, sans remords.

Elle s'appelle Anna Korlov, "Anna à la robe de sang".
Elle extermine sans pitié ceux qui osent l'approcher. 

Pour lui, Anna est une déesse de la mort ; pour elle, Thésée n'est qu'une proie comme les autres. 

Pourtant, elle a décidé d'épargner sa vie ...


Chaque année, je prends le temps de choisir minutieusement ma lecture d'Halloween. Je me tourne régulièrement vers des histoires de fantômes. J'adore ça.  Cette lecture correspondait très bien à une catégorie du PAC, elle était donc prévue depuis un petit moment. Je l'ai commencé quelque jours avant le 31 Octobre car j'avais terminé ma lecture précédente et je n'aurai pas eu le temps de lire autre chose entre temps. Quel choix judicieux, cela a permis à l'histoire de se mettre en place, et le jour J, d'en arriver à des scènes vraiment creepy

Nous faisons la connaissance de Cas, un jeune homme de 17 ans qui a une vie pas très ordinaire. Il est exterminateur de fantômes. Surtout ne le comparez pas au film SOS fantômes ... Il n'apprécie pas du tout. Son père était lui-même chasseur, il tient son don de lui. Il déménage donc de ville en ville avec sa mère et leur chat, afin d'envoyer les esprit vengeurs dans l'au-delà. Oui, nous sommes très loin de Casper. Ici nous avons à faire à des fantômes qui ont soif de vengeance, et qui font de nombreuses victimes
Aujourd'hui, ils viennent d'emménager à Thunder Bay, une petite ville non loin du Canada. Cas a entendu parler de Anna Korlov, dite "Anna à la robe de sang", qui hante son ancienne maison depuis plus de 50 ans. Mais ce dont Cas va vite se rendre compte, c'est que Anna est de loin le fantôme le plus dangereux, le plus redoutable qu'il ai affronté. 

Comment dire, j'ai adoré cette lecture. C'est juste ce que j'attendais en choisissant ce livre. 
Déjà côté personnages. Le fait de suivre un personnage principal masculin est très appréciable, car assez rare finalement. D'autant plus que Cassio est un jeune homme tellement mature pour son âge. Il déménage régulièrement, ne s'attarde pas plus de deux ou trois mois dans une même ville. Il ne veut pas créer des liens, s'attacher aux nouvelles personnes qu'il rencontre. Pourtant à Thunder Bay, il va se lier d'amitié avec Carmel, la fille la plus populaire du lycée. Tout d'abord de manière intéressée, mais il se rendra vite compte que c'est une fille intelligente, courageuse. Ainsi que de Thomas, un jeune télépathe très timide et unique en son genre. Il s'avérera être d'un soutient sans faille pour Cas, dans sa vie, et dans son combat contre Anna. La mère de Cas est également présente, même si trop peu à mon gout. Elle pratique la magie douce, la Wicca, se sert énormément du pouvoir des plantes, et aide également son fils. Elle est très compréhensive même si elle souhaiterai voir Cas mener une vie d'adolescent banal. 
Enfin, notre fantôme. Anna à la robe de sang. Nommée ainsi car elle a été assassinée lorsqu'elle avait 15 ans, dans sa robe de bal. Elle est coincée depuis une cinquantaine d'années dans sa maison, une vieille maison hantée comme on a déjà pu le voir dans les films. Cette maison est d'autant plus effrayante que son habitante. Quant à Anna, elle tue toute personne qui s'aventure chez elle. Que va-t-il se passer entre elle et Cas qui est venu pour la tuer ?

Tout au long du roman, il va se passer mille et une chose. Chaque scène est une véritable aventure. Je me suis même demandée comment il est possible de vivre tout cela en deux mois, car c'est le déroulement temporel de cette histoire. Le déménagement ; la rencontre avec Thomas et Carmel ; la découverte de la maison et de Anna ; de nombreux corps à corps avec elle et même d'autres fantômes ; la découverte de l'histoire de Anna ; la naissance de nouveaux sentiments ; nous voyons nos personnages évoluer et changer. Sans oublier que ce livre ne s'arrête pas à Anna, un vieux démon va également faire son arrivée. Une entrée digne des pires films d'horreurs ! 

En voyant la couverture de ce livre et à la lecture du résumé à sa sortie, j'ai d'abord pensé que ce devait être un livre jeunesse. Même si nos personnages sont des adolescents, il n'est peut-être pas à mettre entre les mains des plus jeunes. Il y a beaucoup de scènes gores et effrayantes. De quoi passer une Halloween comme je les aimes. Pas terrorisant, mais avec des frissons tout de même. 

Pour conclure, je recommande chaudement ce roman et j'ai hâte de lire la suite ! 


Automne frissonnant : "Le fantôme de l'opéra"


Et si vous lisiez : 


dimanche 28 octobre 2018

Bird Box, Josh Malerman

Bird Box
Josh Malerman

Genre : Horreur, Science-Fiction
Edition : Ebook
Pages : 380
Prix : 7€49
Lu du 14 au 25 Octobre 2018
Ma note : 3/5

Malorie élève ses enfants de la seule façon possible : barricadés chez eux. Dehors, il y a un danger terrible, sans nom. S’ils s’aventurent à l’extérieur, ce sera les yeux bandés pour rester en vie. S’ils ôtent leurs bandeaux, ils se donneront la mort avec une violence inouïe. Malorie a deux solutions : rester cachée avec ses enfants, isolée, ou bien entamer un terrifiant périple jusqu’au fleuve dans une tentative désespérée, presque vaine, pour rejoindre une hypothétique colonie de survivants. La maison est calme. Les portes sont verrouillées, les rideaux sont tirés, les matelas cloués aux fenêtres. Les enfants dorment dans la chambre de l’autre côté du couloir. Mais bientôt, elle devra les réveiller et leur bander les yeux. Aujourd’hui, ils doivent quitter la maison et jouer le tout pour le tout.


Nouvelle lecture pour le PAC. Il me fallait lire un bon thriller pour valider une sous catégorie. A la base j'avais prévu de lire Elizas de Sara Shepard, mais Bird Box me semblait plus adapté à la saison. 

Et bien je ressors assez mitigée de cette lecture. Ce n'est pas du tout l'énorme coup de cœur qu'ont eu beaucoup de lecteurs. 

Nous suivons Malorie. D'une part lorsqu'elle apprend qu'elle est enceinte. Cela est totalement imprévu puisqu'elle est célibataire, et que le monde ne tourne plus bien rond ... En effet, d'étranges cas de suicides ont eu lieu dans un autre pays (nous sommes aux Etats-Unis). Suicides qui vont rapidement faire le tour du monde et font que les populations se posent énormément de questions sur ce qui est entrain de se passer.
Puis, Malorie 4 ans plus tard, mère de deux enfants. Ils vivent tous les 3 seuls dans une maison cloîtrée, dans un monde post-apocalyptique. Une espèce d'épidémie, ou de fléau, s'est répandue dans la Terre entière. Lorsqu'on croise le regard de la chose, une créature, un monstre, nous ne savons pas, nous sommes pris d'une folie telle que nous en venons à nous tuer. 
Aujourd'hui, Malorie va prendre son courage à deux mains en voulant emmener ses enfants en lieu sûre, là où elle pourra peut-être trouver des survivants qui pourront les aider. Elle va donc bander les yeux de ses enfants ainsi que les siens, et s'aventurer au dehors pour parcourir un long chemin. 

Cela fait maintenant deux jours que j'essaie d'écrire cette chronique, de poser des mots sur ce que j'ai pu ressentir durant ma lecture et j'avoue avoir beaucoup de mal ... Car tout est confus dans ma tête.

Tout d'abord Malorie, notre personnage principal. Qui est certes très courageuse. Elle va devoir affronter l'annonce d'une grossesse non prévue, le deuil, un nouveau monde effrayant qu'elle ne comprend pas, un accouchement dans des conditions atroces, élever ses enfants "à la dure", puis partir à l'aveuglette à la recherche d'aide ... Entre autre, car énormément d'événements ponctuent cette histoire. J'ai beaucoup apprécié la Malorie enceinte de par son mental, sa manière de voir les choses. En revanche, j'ai fait une impasse sur la Malorie d'après son accouchement. Même si elle va faire l'impossible pour ses enfants, elle donne l'impression de s'empêcher de les aimer, et que eux l'aiment en retour. Elle va même jusqu'à les appeler "Fille" et "Garçon". Nous avons la réponse à cette question de prénoms à la fin du livre, mais cela en m'a pas suffit. 

Ensuite le monde dans lequel nous évoluons. Un monde post apocalyptique où il est devenu impossible de regarder dehors, sous peine de voir ce qu'il ne faut pas voir et en perdre la raison. J'ai trouvé cette idée très intéressante et innovante. Nous connaissons le post apocalyptique avec les zombies, les conditions climatiques extrêmes, les virus ... Mais là il faut faire preuve de vigilance car nous ne savons pas à quoi nous avons à faire. Nous savons juste qu'il ne faut pas regarder dehors et qu'il faut garder sa maison sécurisée car la chose peut y pénétrer lorsque nous ouvrons la porte ... Nous ne sommes pas confiner avec interdiction de sortir, mais si nous sortons, c'est avec les yeux bandés et en faisant confiance à nos autres sens.
J'ai vraiment eu cette impression de huit clos même si Malorie évolue beaucoup dehors. Mais cette sensation d'oppression persistante y été pour beaucoup. Le plus effrayant, car les frissons étaient présents, c'était de ne pas savoir quel est réellement le danger. Nous pouvons tout imaginer. Et c'est LA question à laquelle l'auteur ne nous donnera pas de réponse...

En conclusion, ce n'est pas mon roman post apocalyptique favoris, mais il reste un bon thriller ! 


Automne frissonnant : "Le crie de la Banshee"


Et si vous lisiez : 




dimanche 30 septembre 2018

Le Chaperon Rouge, Sarah Blakley-Cartwright

Le Chaperon Rouge
Sarah Blakley-Cartwright

Genre : Fantastique
Edition : Michel Lafon
Pages : 345
Prix : emprunt médiathèque
Lu du 19 au 29 Septembre 2018
Ma note : 3/5

Le village de Daggerhorn semble sommeiller au creux de la vallée. Depuis des générations, le Loup qui menace sa tranquillité est tenu à l’écart grâce à un sacrifice mensuel. Mais aujourd’hui, plus personne n’est à l’abri. Et la peur rôde…

Depuis la mort de sa sœur, la plus douce des jeunes filles, Valérie est inconsolable. Henry, le superbe fils du forgeron, tente de gagner ses faveurs, mais le cœur indompté de la belle bat pour un autre garçon : Peter, le bûcheron exclu du groupe, qui lui offre des escapades palpitantes loin du cocon familial.

Un beau jour, un chasseur de loups de passage dans la région fait une terrible révélation qui provoque la stupeur des villageois : la Bête qui les terrorise depuis des années vit parmi eux. Tout le monde devient suspect. Bientôt, on comprend que seule Valérie peut entendre la voix du Loup. Et celui-ci exige qu’elle le rejoigne avant que le sang coule… et que tous ceux qu’elle aime disparaissent.

Depuis quelques mois je me suis donné comme objectif de me rendre plus souvent à la médiathèque. Du moins dès que mes horaires conviennent à leurs heures d'ouverture. Dernièrement je m'y suis rendue dans le but d'emprunter le tome 3 de Harry Potter pour le PAC. Pas de chance, il n'y était pas ... En revanche, après avoir cherché pour ne pas repartir sans rien, j'ai trouvé cette réécriture du conte du Petit Chaperon Rouge, avec un air plus adulte et plus sombre. Il rentrait lui aussi parfaitement pour la challenge ! 

Nous suivons Valérie. Une jeune fille qui vie dans un village où règne la terreur causée par un loup garou depuis des décennies. Ici, les maisons sont construites sur pilotis. On y accède par une échelle qui est retirée pour la nuit. A chaque pleine lune, un animal est donné en sacrifice au loup afin de le rassasier encore pour quelques temps, pour ne pas qu'il s'en prenne à un être humain.  
Valérie et sa grande soeur sont deux adolescentes. Elles et leur groupe d'amies partent camper un soir... de lune de sang. Cela faisait de nombreuses années qu'il n'y en avait pas eu. Et au moment où Valérie s'en rend compte, c'est trop tard. Le loup s'en ai déjà pris à quelqu'un. 
A partir de là se déroulera une chasse au loup totalement inconsciente et inutile, alors que Valérie se rend compte qu'un lien étrange l'unie à cette créature. Mais qui est-elle ? Un proche ? Un membre de sa famille ? 

J'avoue que j'ai bien failli abandonner cette lecture avant les 80 premières pages. En effet, j'ai eu beaucoup de mal avec l'écriture, ou alors la traduction. Parfois certaines phrases n'avaient aucun sens ... Je me suis forcer à continuer en faisant abstraction de cela car je voulais absolument avoir les frissons que promet le résumé et certains commentaires que j'ai pu lire. 
Et j'ai bien fait ! Un livre parfait pour le PAC de cette année. Déjà, j'ai été effrayé à plusieurs reprises par l'ambiance, par la créature. Un soir où j'étais toute seule à la maison pour la nuit, j'ai lu jusqu'à très tard tellement j'étais prise dans l'histoire, j'ai eu beaucoup de mal à trouver le sommeil tellement j'étais apeuré. Heureusement, avec mon chat contre moi et une bonne couverture, je sais que je ne craint rien ;) 
Aussi, alors que certains lecteurs ont trouvé dès le départ qui est l'identité du loup garou, pour ma part je trouve que le suspens plane même après avoir terminé le livre ! L'autrice fait planer le doute entre plusieurs personnages, notamment la mère-grand. J'ai adoré retrouver des dialogues célèbres du conte la concernant. 

Le résumé nous parle également d'une romance. Même si elle tient une place importante dans l'histoire, ce n'est pas ce qui m'a le plus marqué. Il ne faut pas ouvrir ce livre pour y chercher une histoire d'amour, mais bel et bien pour le frisson qu'il nous procure.  



Automne enchanteur : "Les métamorphoses"

lundi 17 septembre 2018

Le prince des ténèbres, T4 : "Au cœur des flammes", Jeaniene Frost

 Le Prince des ténèbres
Tome 4 : "Au cœur des flammes"
Jeaniene Frost 

Genre : Bit-Lit
Edition : Milady
Pages : 376
Prix : 7€80
Lu du 9 au 16 Septembre 2018
Ma note : 3/5

Pendant presque 600 ans, Vlad Tepesh ne s’est préoccupé de rien ni de personne, alors il n’avait rien à perdre. Sa réputation d’homme brutal et dangereux l’a préservé des attaques de ses plus téméraires ennemis. Mais tomber amoureux de Leila, l’a mis à la merci de ses passions et l’un de ses adversaire a trouvé un moyen d’utiliser sa nouvelle femme pour le détruire.


Voilà plus de deux ans maintenant que j'ai lu le troisième tome de la sage du Prince des ténèbres. Et malgré mon amour pour la saga principale et les saga spin-off, j'avoue avoir eu un peu de mal à me remettre dedans. Ayant même oublié qui est le personnage de Mircea ...

Mircea est donc le méchant de ce tome. Il est relié à Leila par un sort puissant. Ils sont liés par la chaire et par le sang. S'il est blessé, elle est blessée. S'il meurt, elle meurt. Et vice versa. Le problème étant que Mircea est gardé captif par des ennemis de Vlad, bien caché, qui lui font subir d'atroces sévisses.
Leila et Vlad vont donc demander l'aide de Mencheres, qui les orientera vers Ian, afin de le retrouver et mettre fin à ce sortilège. 

Nous suivons alors cette quête tout au long du roman, et j'ai eu l'impression qu'elle n'arrivait pas à avancer. Il y a eu beaucoup de contre temps, d'imprévus. Mais grâce à cela, nous ne pouvons pas nous ennuyer, l'action est sans cesse présente. Le gros point fort des romans de Jeaniene Frost. Ici nous allons rencontrer en plus des vampires, des sorcières, démons, nécromanciens. Une palette variée de créatures du monde de la nuit. 

En ce qui concerne nos personnages principaux, Vlad et Leila, ils ne m'ont pas fait l'effet que j'ai ressenti pour les autres tomes. La romance et le sexy sont présents certes, avec de jolies scènes et de beaux dialogues, mais je n'ai pas eu le coup de cœur comme j'ai d'habitude avec les personnages de cette autrice, alors que je l'avais dans les autres tomes ... Peut-être à cause du trop long moment qui est passé depuis ma dernière lecture. 
En revanche, j'admire toujours autant la noblesse de Mencheres. Mais surtout, j'ai adoré Ian ! Il est à lui tout seul cette fraîcheur qu'il n'y aurait pas sans lui. J'ai tellement hâte de voir ce que l'autrice prépare pour lui. 

De tout le roman, j'ai préféré la fin. Qui marque également la fin de cette saga. Et pour ce bouquet final nous avons droit à un dialogue entre Leila et Vlad qui nous fait nous remémorer leur première rencontre, là où tout à commencer. Ce fut vraiment émouvant. 

Automne frissonnant : "Vous prendrez bien un verre de True Blood"


Et si vous lisiez :