jeudi 9 juillet 2015

Poppy Wyatt est un sacré numéro, Sophie Kinsella

Info : 
Poppy Wyatt est un sacré numéro
Sophie Kinsella
Genre : Chick-Lit
Edition : Pocket
Prix : 7€70
Pages : 473
Ma note : 4/5

Poppy Wyatt est au bord de la crise de nerfs : elle vient de perdre sa bague de fiançailles, celle qui est dans la famille de son fiancé Magnus depuis des générations, et, sans transition, on lui a volé son téléphone. Alors qu'elle envisage sérieusement la fuite à l'étranger, miracle : là, dans une poubelle, un portable ! Juste le temps de convaincre Sam, le ronchon propriétaire dudit portable, que c'est un emprunt temporaire, et Poppy reprend les choses en main. Mais Magnus est aux abonnés absents, impossible de retrouver cette fichue bague, et pour couronner le tout, d'étranges textos ne cessent d'arriver sur le téléphone de Sam... Retour à la case crise de nerfs !


Un petit livre sympa pour l'été, ou pour une autre saison d'ailleurs. Pour les amateurs de chick-lit, Sophie Kinsella en est la reine

Même si le résumer de la quatrième de couverture nous explique très bien la trame principale de l'histoire, la couverture en elle-même est aussi très explicite. 
L'intrigue se met en place dès les premières pages
Nous faisons la connaissance de Poppy Wyatt, une jeune kiné, qui doit se marier dans quelques jours avec son fiancé Magnus. Mais la chance n'est pas du côté de Poppy puisqu'elle perd sa bague de fiançailles, bague très précieuse aussi bien financièrement que sentimentalement dans la famille de Magnus. De plus, après avoir donné son numéro de portable à toutes les personnes qui se trouvent là où elle a perdue sa bague, Poppy se fait voler son mobile
Puis, comme par miracle, elle découvre un autre téléphone portable, comme neuf, jeté dans une poubelle. Elle arrive finalement à trouver un arrangement avec Sam, le propriétaire du portable, pour le garder jusqu'à ce qu'elle retrouve sa bague.
Comme je le disais, ceci est le fil  conducteur de l'histoire, mais tout au long du livre, il arrive mille et une choses à Poppy aux quelles elle devra faire face, toujours avec beaucoup d'humour.

En ce qui me concerne, je n'ai aucun mal avec ce genre. Je sais que beaucoup ne l'apprécie pas particulièrement, mais moi j'aime le côté girly qui se trouve aussi bien sur la couverture que dans le contenu du roman. Ici, j'ai aimé suivre Poppy dans ses moments rocambolesques qui vont à cent à l'heure, et aussi dans ses moments de tranquillité, chez elle, à préparer son thé le matin, ou bien le soir à s'appliquer un masque sur ses cheveux en regardant Le monde de Némo et en mangeant une haagen dazs au chocolat.

Je ne suis pas à ma première lecture de Sophie Kinsella. Après avoir lu la saga de L'accro du shopping, ou encore Les petits secrets d'Emma, je ne me lasse toujours pas de sa plume. Elle fait partie des rares auteurs qui réussissent à me faire rire haut et fort pendant ma lecture. Elle arrive parfaitement à inventer ses personnages féminins différentes les unes des autres, mais qui se ressemblent dans leur quotidien loufoque et leur don à se mettre dans des situations inimaginables.  

Vous l'aurez compris, Sophie Kinsella ne m'a encore une fois pas déçue avec Poppy Wyatt est un sacré numéro. Un autre point, qui je pense fait que j'adore tous ses livres, c'est le fait qu'ils se passent en Angleterre, pays que j'affectionne. En revanche le nouveau tome de L'accro du shopping, qui est dans ma PAL, se passe à Hollywood, j'espère que cela ne gênera en rien mes habitudes territoriales des romans de Sophie Kinsella. 


"Au fait, je sais pourquoi la tradition de dormir séparément la veille du mariage a été instaurée. Rien à voir avec le romantisme amoureux ou les parties de jambes en l'air. Rien à voir avec la chasteté, non plus. C'est pour éviter que la mariée ne galope vers l'autel en bouillonnant de colère et en se jurant de balancer à son futur mari quelques vérités premières dès qu'elle en aura fini avec la cérémonie."
p.435-436


Challenge Bingo Littéraire de l'été - Avec des avis sur la 4eme de couverture
1 point

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire