dimanche 26 juin 2016

La ronde des saisons, tome 4 : "Scandale au printemps", Lisa Kleypas

Info : 
La ronde des saisons, tome 4 : "Scandale au printemps"
Lisa Kleypas
Genre : Romance
Edition : J'ai lu
Prix payé : 6€95
Pages : 378
Lu du 30 Mai au 12 Juin 2016
Ma note : 5/5 ♥

Des quatre amies qui semblaient vouées à rester vieilles filles, Daisy Bowman est désormais la seule célibataire. Impatient de rentrer en Amérique où ses affaires l'appellent, son père lui lance un ultimatum : soit elle trouve dans l'urgence un riche époux, soit il la mariera à Matthew Swift, son associé. Daisy bondit. Epouser ce Bostonien hautain et sans humour ? Plutôt convoler avec le premier venu, ce qu'elle ne se prive pas de dire au principal intéressé. Mais Matthew Swift se révèle infiniment plus troublant que dans son souvenir et Daisy, peu à peu, se laisse prendre au charme. Jusqu'au jour où il lui avoue qu'il ne pourra jamais l'épouser...




C'est avec une certaine émotion que j'ai refermé ce livre. Depuis quatre saisons, je m'étais crée un petit rituel, en me replongeant dans cette aristocratie anglaise que j'aime tant. Aujourd'hui la boucle est bouclée pour nos quatre amies laissées pour compte.

Bonne nouvelle, nous sommes de retour à Stony Cross Park. Non pas que je n'ai pas apprécié l'environnement précédent, l'établissement de jeux de Evengeline et St Vincent qu'ils ont eu en héritage, mais je me sens plus à mon aise dans les beaux jardins, les salons et les salles de bals.
D'autant plus que nous sommes au Printemps. Nous avons le droit à de belles journées ensoleillées, mais également des journées très pluvieuses et orageuses, et cela est très agréable lorsque nous suivons une adepte de lectures. 

Nous retrouvons donc Daisy Bowman. La jeune Américaine est toujours célibataire. Et après avoir passé plusieurs saisons sans prétendants, son père décide de lui lancer un ultimatum : soit elle trouve un parti convenable, ou alors elle sera mariée à Matthew Swift, le jeune associé de son père. 
Pour Daisy, Matthew est un jeune homme au physique peu enviable, faisant tout pour plaire à son père afin de pouvoir hériter de l'entreprise Bowman. 
Daisy aime passer des journées la tête dans les livres. Elle déborde d'imagination, elle est rêveuse. Elle vient également en aide aux plus démunis, et protège du mieux qu'elle peut les animaux qu'elle croise.
Elle souhaite être l'épouse d'un homme romantique et doux, qui sera la comprendre, et l'aimer telle qu'elle est. Mais après avoir passé plusieurs années en Angleterre, elle est loin de s'imaginer que Matthew Swift, celui qui la répugne tant, est peut être l'homme idéal...

Nous découvrons donc Matthew. Un personnage qui devra faire ses preuves puisque nous commençons ce livre avec une idée déjà faite sur lui. Et même si aujourd'hui de nombreuses femmes tombent sous son charme, qu'il désire Daisy depuis des années, et que celle-ci va le voir petit à petit différemment, nous comprenons vite qu'il ne peut en aucun cas l'épouser. Il cache un secret de taille et une vie qu'il a battis sur des mensonges.
Mais il pourra compter sur le soutien inattendu de Lord Westcliff, qui sera donner son point de vue d'un œil extérieur et juste. 

Outre la romance que j'ai beaucoup aimé, ce dernier tome montre plus que jamais le lien que les quatre amies ont tissé, fondé sur la confiance et l'affection. Depuis qu'elles se connaissent, elles se viennent en aide mutuellement, elle s'encouragent sans jamais question de rivalité ou de jalousie.

Nous vivons également les émois de Lillian, qui est à un stade avancé de sa grossesse ; la vie de jeune maman de Anabelle ; et la vie de femme mariée et comblée de Evangeline. Les suites logiques et réconfortantes après à ce qu'elles ont vécus dans leur roman respectif. 

Ce quatrième tome est pour moi un coup de cœur. La couverture caractérise très bien le caractère de Daisy, et le mien. C'est le personnage auquel je me suis le mieux identifiée
J'ai aimé les ballades et les jeux dans les jardins, j'ai aimé entendre la pluie, le vent et l'orage, j'ai aimé voir des sentiments grandir et évoluer dangereusement. Ce roman n'est pas un long fleuve tranquille, comme les autres il y a eu des moments d'angoisse et plusieurs retournements de situations, mais il conclut parfaitement cette belle histoire qui a commencé pour moi l'été dernier.  


"L'amour était sensé être une émotion heureuse, enivrante, comme le prétendaient les vers idiots, ornés de plumes, de dessins et de dentelle, écrits sur les cartes de la Saint-Valentin. Mais ce n'était pas du tout cela. C'était un sentiment taraudant, triste et fiévreux... une dépendance face à laquelle rien ne pouvait mettre fin."
p. 213


Couleur dominante jaune, branche d'arbre et feuilles vertes, mot printemps dans le titre - 18 points





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire