samedi 16 décembre 2017

Le pacte d'Emma, Nine Gormain

Le pacte d'Emma
Nine Gormain

Genre : Bit-Lit
Edition : Albin Michel
Pages : 395
Lu du 12 au 16 Décembre 2017
Ma note : 3,5/5

Emma, 21 ans est atteinte du syndrome de Beckyngton, une maladie neurodégénérative. Elle est pourtant bien décidée à profiter des dernières années de sa vie, alors elle se rend à New York où elle trouve un poste auprès du directeur d'un groupe prestigieux : Anderson Corp. Cette rencontre bouleverse sa vie, mais Emma ne sait pas si elle peut faire totalement confiance à cet homme.





J'ai connu Nine en tant que booktubeuse. J'ai un très grand respect pour ces jeunes autrices/auteurs, qui ont une histoire dans la tête, qui travaillent dessus depuis longtemps, et qui un jour, arrivent à sortir leur tout premier roman. Personnellement, je ne pense pas que j'en serai capable. 
Donc, quand j'ai appris que son roman est un Bit-Lit (Nine a d'ailleurs fait récemment une interview pour son livre, et j'ai été déçue que la journaliste en dévoile beaucoup trop sur l'histoire, dommage), j'ai été très curieuse de le découvrir car c'est vraiment mon genre de prédilection

On rencontre ici Emma Reyes, une jeune femme de 21 ans. Emma est malheureusement atteinte d'une maladie neurodégénérative. Elle est condamnée. Elle a donc voulu emménager à New York avec son frère Jonathan, afin de profiter du temps qui lui reste. Les effets secondaires de la maladie commencent vite à arriver : tremblements et pertes de mémoire. S'ensuivra certainement bientôt la perte d'autonomie jusqu'à "devenir un légume". Cependant, elle travaille, tout d'abord comme téléopératrice à domicile il me semble, puis elle trouve un bon poste comme assistante du directeur de l'entreprise Anderson Corporation
Comment va se dérouler son nouveau travail auprès de ce Mr Anderson à la réputation d'une constante exigence ? Comment va évoluer la maladie de Emma ? 

Nous avons donc là un beau mélange entre Cinquante Nuances de Grey (sans le côté SM) et Twilight. Des livres que j'ai adoré, donc cela a bien contribué au fait que j'ai apprécié ce livre. 
De la romance, New York, le thème de la maladie, la bit-lit, que du positif pour moi.

Cependant, je note tout de même quelques aspects qui m'ont fait lever les yeux au ciel. 
-Tout d'abord, l'une des facettes du caractère de Emma. Elle dit qu'elle ne veut pas être réduite à sa maladie. Elle veut être Emma, et non Emma atteinte d'un syndrome grave. Pourquoi donc ces 20 premières pages dédiées à ses plaintes ? Elle est jeune, son espérance de vie est considérablement réduit, c'est normal qu'elle ai des moments de faiblesse. Mais pendant 20 pages, ce fut trop pour moi.
-Avant les 100 pages, Emma va apprendre la véritable nature de son patron, Andrew. (Rassurez-vous, aucun spoil ici, nous somme dans de la bit-lit, une créature surnaturelle est forcément présente, mais quoi, je n'en dirai rien !). Et dès le début, elle sait ce qu'il est, et c'est apparemment normale pour elle. Certes, elle aime les romances fantastiques, mais croyait-elle depuis toujours que les vampires, loups garous et autres existent réellement ?
-Enfin, la romance entre Emma et Andrew. Pas négatif en lui-même, au contraire. Mais ce dernier à refoulé ses émotions. Il est froid et dur. Il ne sait pas ce qu'il veut avec Emma. Il lui laisse une ouverture, puis la referme. J'ai arrêté de compter le nombre de fois où cela c'est produit. Un peu lassant au bout d'un moment.

Attention, ces points positifs n'ont en rien altéré ma curiosité de découvrir chaque pages. J'ai vraiment apprécié cette lecture, que j'ai lu très rapidement. Les paragraphes sont également bien espacés, ce qui appuie cette impression de page-turner

En ce qui concerne les personnages, mes préférences vont vers Jonathan, qui est un frère exemplaire pour Emma. Il l'aime, prend soin d'elle et est présent pour elle. Le frère que tout le monde voudrai avoir. Il y a également Nathan, qui est un ami de Matthew le frère de Andrew. Il va devenir un allié précieux pour Emma, un véritable ami.
Je me rends compte que je n'ai pas beaucoup parler de Emma. Sa maladie lui a fait rater des moments important de sa vie. Elle va avoir sa première relation amoureuse ici. Donc on imagine qu'elle est assez fleur bleue, et assez influençable. Mais le point que j'ai vraiment apprécié chez elle : c'est qu'elle ne parle de sa maladie à personne en dehors de son frère. Cela aurai pu éviter plein de conflits, mais elle fait partie des personnes qui ne veulent pas que les gens les voient différemment, les prennent en pitié.  

En conclusion, oui je recommande ce livre. En oubliant pas que c'est le premier roman publié de Nine, qu'elle s'est peut-être inspiré de ses lectures personnelles et que cela a peut-être influencé certaines scènes, d'où cette impression de déjà-vu qu'on peut ressentir. Mais une écriture très fluide et agréable, et une histoire en elle-même très intéressante. 


"Les bras de celui qu'on aime sont un merveilleux endroit pour mourir."
P.393




Et si vous lisiez : 

 







4 commentaires:

  1. Coucou Lulubel !
    Ouf, j'arrive enfin à commenter sur les blogs hébergés sur Blogspot :) Ça ne marchait plus depuis quelques jours, mais maintenant tout est réparé.

    Je suis contente que le roman de Nine t'ait plu, et ta chronique me conforte dans l'idée que j'ai envie de le découvrir à mon tour. Même si les clichés sont parfois énervants, on les apprécie malgré tout :)

    Passe une belle soirée, gros bisous ♥

    Sue-Ricette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma belle amie :) Ha je ne savais pas qu'il existait des problèmes de ce genre :O

      Oui je te le conseille vivement ! Et tu as tout à fait raison, il arrive que certains clichés restent appréciable :D

      Gros bisous et à bientôt :) Merci d'être toujours là !

      Supprimer
  2. Je vois pas mal ce livre sur la toile. Au début j'avais vraiment envie de le lire, mais j'ai vu pas mal d'avis comme le tiens qui disent que l'histoire est un peu inspirée de "50 nuances degrés"du coup ça me freine pas mal pour me plonger dans cette lecture... ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien comme je le disais c'est sans le côté SM si c'est ça qui te fait peur ^^ Ce qui fait penser à Cinquante Nuances c'est surtout le grand milliardaire qui a une forte emprise sur le personnage principal féminin :) Et le côté vampirique l'emporte largement selon moi ! Si tu as l'occasion de te lancer n'hésite pas ;)

      Supprimer