samedi 28 juillet 2018

Golem, le tueur de Londres, Peter Ackroyd

Golem, le tueur de Londres
Peter Akcroyd

Genre : Historique
Edition : Archi Poche
Pages : 333
Prix : 7€80
Lu du 15 au 25 Juillet 2018
Ma note : 3/5


Londres 1880. Un assassin insaisissable, invisible, opère dans le quartier de Limehouse. Le peuple, la presse, la police l'ont surnommé le Golem, du nom de cette créature de la mystique juive, démon sanguinaire fait d'argile, capable de se défaire et de se reconstituer à volonté.
Le journal intime d'un certain John Cree révèle qu'il serait le mystérieux Golem, décrit ce qu'il appelle son oeuvre d'artiste, le massacre minutieux et jubilatoire de deux prostituées, d'un vieux sage et d'une famille entière. Mais sa femme, Elizabeth Cree, une ex-chanteuse de music-hall, semble elle aussi dissimuler bien des secrets.
Le chemin de ces êtres énigmatiques croise et recroise celui de personnages historiques, l'écrivain George Gissing, Karl Marx et Dan Leno, "L'homme le plus drôle du monde", la star du théâtre populaire à cette époque. Tous se rencontrent sans se connaître, dans la salle de lecture du British Museum ou au théâtre. Tous seront soupçonnés par la police dans sa traque du Golem.


Je suis très friande des romans qui se passent à Londres et qui ont pour thème le thriller, l'horreur, le gore, les rapports à Jack l'éventreur. Je pense notamment à la saga Hantée, de Maureen Johnson. J'ai adoré les deux premiers tomes et ayant lu des articles comme quoi il n'y aurait pas de troisième tome, je me rends compte aujourd'hui que j'ai loupé sa sortie en 2014 ! Cela va vite être rectifié ! 

Mais revenons à ce roman. 
Ici nous sommes huit ans avant les attaques de Jack l'éventreur. Une toute autre créature sème la terreur sur l'East End de Londres. John Cree, un journaliste, serait l'auteur de ces crimes sanglants. Son journal intime en est la preuve. Lorsque nous débutons ce roman, John Cree est mort, et nous assistons au procès de sa femme, Elizabeth, qui l'aurait assassiné. 

Ce roman est donc constitué de ce procès, mais également de flash back où nous apprenons comment nos deux protagonistes en sont arrivés là : la jeunesse de Elizabeth dans un cirque, les moments de John dans la salle de lecture du British Museum, ponctué de divers points de vue. 

Ce que je retiens le plus de cette histoire, c'est qu'elle a l'air compliquée mais en même temps tellement facile à suivre. Dans le sens où nous ne sommes jamais perdu au milieu de tous ses voyages dans le temps, ces changements de narrateurs. Tout est très bien ciselé et s'enchaîne comme il faut

Tout cela, dans une ambiance effrayante, les rues glauques de Londres bruyantes le jour et trop silencieuses la nuit. "Le décor d'une cité immense et tentaculaire, un Londres sinistre et crépusculaire, repaire de puissances mystérieuses, une ville de bruits et de pas de flammes de becs de gaz qui s'affolent, de masures collées les unes aux autres, de venelles pitoyables et de fausses portes."
Le tueur de Londres, qui est surnommé le Golem par les habitants, peut se trouver n'importe où. Il ne fait pas bon de se balader dans l'East End actuellement.  

J'ai tout de même survolé les longs passages concernant la vie de Elizabeth dans le crique ... Cela ne m'attirait pas du tout, et les dialogues ont contribué à cela. 
Mais ça n'a pas vraiment d'importance quand on tourne la dernière page de ce roman. Quelle fin grandiose et inattendue ! Je dirai pour conclure, que cette lecture vaut le coup rien que pour cette fin. 

2 commentaires:

  1. Coucou ma Lulubel !
    Je me laisserai peut-être tenter par ce roman :) Les thrillers/romans policiers m'attirent de plus en plus, et si celui-ci n'est pas trop glauque malgré tout, il se peut que je le rajoute à ma wish-list ^^

    Passe une belle journée mon amie, gros bisous ♥

    Sue-Ricette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Sue Ricette !!
      Encore une fois je n'ai pas reçu de mail me disant que tu as laissé un commentaire c'est trop bizarre ... Il faudrait que je revois les paramètres du blog !

      Oui, si tu aimes l'ambiance terrifiante qui peut y avoir dans ce style de roman ! Et comme je le disais dans ma chronique, rien que la fin vaut le coup ! Il y a un film aussi (d'ailleurs l'image que j'ai mise est la couverture) si ça te dit !!

      Merci d'être toujours présente ! Gros bisous ! :)

      Supprimer