jeudi 15 novembre 2018

Le pays des contes, T6 : "La collision des mondes", Chris Colfer

Le pays des contes
Tome 6 : "La collision des mondes"
Chris Colfer

Genre : Fantasy, Jeunesse
Edition : Michel Lafon
Pages : 328
Prix : 16€95
Lu du 07 au 13 Novembre 2018
Ma note : 4/5


Alex a disparu ! Pire, le sortilège de la sorcière Morina l’a transformée en enchanteresse maléfique. Cela ne pouvait tomber plus mal, car la brèche entre le Pays des contes et notre monde est désormais ouverte : héros comme vilains peuvent passer de l’un à l’autre selon leur bon vouloir.
Alors que New York découvre avec stupeur l’existence de la magie, Conner, aidé de Rouge, Boucle d’or, Jack et de son armée littéraire, doit à tout prix libérer sa sœur. Car seuls les jumeaux peuvent affronter la plus grande menace qui ait jamais existé. Une menace qui plane de toute sa noirceur sur l’ensemble les mondes…


Voilà, nous y sommes. Le dernier tome de cette magnifique saga. Habituellement je suis toujours très triste à l'idée de dire au revoir à des personnages et un univers que j'ai aimé suivre pendant quelques tomes. Cette fois, évidemment que j'ai un petit pincement au coeur, mais pas autant que pour Les étoiles de Noss Head par exemple. Car je suis tellement bien au pays des contes, que je sais que je vais le retrouver en faisant une relecture du premier tome qui reste mon préféré (et pourquoi pas me relire la saga).

Nous voilà enfin à cette fameuse bataille finale que nous sentons venir depuis deux tomes maintenant. L'heure est grave puisque le monde des contes et l'autre monde vont se retrouver à proximité l'un de l'autre, cela va ouvrir une brèche entre les deux par laquelle des allés et venues seront possibles... Morina le sait, et cette affreuse sorcière à cornes de bouc a rallié les méchants de la littérature ainsi que les sorcières à sa cause afin de régner sur ces deux mondes. Elle a d'ailleurs kidnappée Alex, lui a jeté un sortilège pour qu'elle soit à ses ordres et détruise tout et tout le monde. A commencer par la plus belle ville du monde : New York. 

Conner, accompagné de Bree, ses amis et des héros de ses histoires vont devoir faire preuve de force et d'intelligence pour réussir à vaincre Morina et les vilains, sans faire de mal à sa soeur. 

Ce tome conclut merveilleusement bien cette saga. 
Pour commencer, lors du 1er chapitre, nous retrouvons Conner qui fête ses 80 ans. Il a eu une belle carrière d'écrivain, a fondé une famille et commence malheureusement a perdre un peu la tête. On nous décrit à quel point ses œuvres ont apportées du bonheur dans les vies de ses lecteurs. Cela représente exactement ce que je ressens moi-même pour cette série. Une bonne histoire dans les moments où nous en avons le plus besoin. Cela a de quoi mettre la dose d'émotion dès le départ. 
Puis, nous retournons au moment où le tome précédent s'est terminé. Il n'y a pas de mise en place, c'est comme si nous avions appuyé sur "pause". Nous sommes de suite dans le vif du sujet avec Conner et les autres à établir un plan pour retrouver Alex. 

J'ai beaucoup apprécié le fait que nous retrouvons absolument tous les personnages, ou presque, qui nous ont marqués le long de ces 6 tomes. Grenouille, qui est coincé par une malédiction dans un miroir et qui va y rencontrer une fillette que nous avons bien connu. Il va d'ailleurs recevoir l'aide de personnages vraiment inattendu. J'aime ce genre de retournement de situation, lorsque des supposés méchants passent dans la case des gentils. Les fées qui ont été transformées en pierre, les rois et les reines, la reine de cœur, la méchante sorcière de l'ouest, le capitaine crochet, la reine des neiges, la reine des mers, Arthur, Merlin et la Mère l'oie...

De plus, nous évoluons entre le pays des contes, New York où nous allons à la grande bibliothèque, dans les sous terrains du métro, à Central Park... Je n'appréciais pas vraiment lorsque l'auteur nous faisait aller ailleurs que dans le pays des contes, mais cette fois-ci avec New York, j'ai assez bien adhéré. 

Pour conclure, je recommande chaudement cette saga. Pour les personnes comme moi qui ont encore une grande part d'enfants en elles, pour les adultes, les enfants, les adolescents, pour les lire en famille ... Elle est parfaite pour tout le monde et il n'y en a pas deux comme celle-ci. 

"-J'ai toujours été creux, mais pour la première fois de ma vie je me sens vraiment vide à l'intérieur. J'ai toujours imaginé qu'un coeur remplirait ce vide, mais maintenant que je sais que j'en avais un depuis le début, je ne sais pas quoi faire de ma carcasse.
Le dilemme de l'Homme de fer-blanc fit du rêve de Trollbella une réalité. Elle contempla, émerveillée, la plus belle chose qu'elle eut jamais vue : un homme mûr, vulnérable, en manque d'affection. La reine troblin s'assit à côté de lui et le regarda avec insistance, en battant des cils.
-Tu sais, je rentre parfaitement dans ton torse. Peut-être que je suis le coeur que tu cherchais.
Trollbella mit sa petite main dans la sienne et posa ses cornes sur l'épaule de l'homme de métal. En cet instant, l'Homme de fer-blanc fut certain d'avoir un coeur, car le contact de la jeune femme troll le fit rougir."


Automne ensorcelant : "Witches brew"


Et si vous lisiez : 
  


Aucun commentaire:

Publier un commentaire